doob solutions numériques de partage culturel

Actualités :

Pragmazic et Dogmazic, le divorce

9 décembre 2013 illustration pour Pragmazic et Dogmazic, le divorce

Dogmazic est le site de l’association Musique libre !. Cette association a été fondée en 2004 par 3 membres, dont votre serviteur qui en fut le premier président. Le site s’appelait alors musique-libre.org, il est devenu Dogmazic fin 2006.

Monter un tel projet, l’inscrire dans le paysage musical parfois conservateur, faire adhérer à l’idée un public et des artistes, les fidéliser, était une tâche ardue qui nécessitait un investissement immense d’une équipe de volontaires. En plus de l’exploitation et de l’évolution du site, ses membres se sont déplacés à des dizaines de manifestations, de conférences, de réunions, rencontrant institutions, élus, professionnels, médias, dans les milieux institutionnels et culturels. Le site Dogmazic accueillait des milliers d’artistes d’une cinquantaine de pays, écoutés par des milliers de visiteurs quotidiens. C’était une plateforme d’échange d’idées qui faisait référence et qui était souvent citée dans la presse et dans les rapports officiels.

Le société Pragmazic a vu le jour en janvier 2007. Bien que leur fonctionnement social et juridique soit totalement indépendant, le projet Pragmazic se positionnait clairement comme une émanation de Dogmazic auquel il était techniquement et économiquement lié. Son action se résumait en priorité à valoriser Dogmazic et à en multiplier les points d’accès pour un public qui n’irait pas visiter le site.

Il y a plus de 2 ans, l’association et son site ont été repris par une équipe de 3 personnes qui avaient obtenu la démission du Président de l’époque. S’en est suivi le départ de  l’ensemble des membres actifs historiques.

Ce bureau a ensuite décidé, unilatéralement et sans préavis, de fermer l’accès aux archives de dogmazic, et ainsi de priver le public et les milliers d’artistes inscrits de l’accès à leurs morceaux depuis maintenant plus d’un an.
Nos rares recommandations techniques pour assurer une continuité du service commun n’ont pas été suivies. Au contraire, les changements fondamentaux dans la structure même de l’hébergement nous empêchait d’intervenir et d’avoir la moindre vision sur ce qui pourrait se faire. Malgré ses multiples demandes, Pragmazic n’avait droit à aucune information et devait se contenter du discours officiel maintes fois répété : le site réouvrirait incessamment sous peu. Mais il a bien fallu se rendre à l’évidence au bout d’un an, Dogmazic n’est plus qu’un site déserté, inachevé, vidé de son esprit original et de ses archives musicales.

Beaucoup de médiathèques s’en sont émues et nous en ont fait part. Elles croyaient en ce projet et voulaient le soutenir en investissant une partie de leur budget à nos solutions communes, parfois après avoir dû convaincre difficilement leur hiérarchie. Certaines ont décidé d’arrêter les services, lassées d’attendre, nous ne pouvons que le comprendre et leur présenter nos excuses pour le préjudice subi. Aussi nous tenons à adresser nos chaleureux remerciements à tous ceux qui continuent de nous faire confiance après cette année tumultueuse.

Le mouvement de la musique libre s’en trouve discrédité. Son rayonnement se limite désormais à quelques sites commerciaux et nos détracteurs ne peuvent que s’en réjouir. Certains artistes et labels nous ont contacté pour nous faire part de leur désarroi et certains nous ont demandé d’être toujours présents sur les bornes.

En plus de la grande tristesse et de l’amertume ressentie personnellement, cela a fortement mis en péril la société économiquement et terni son image de marque auprès de certains. Heureusement d’autres projets nous ont permis de nous relever.

La leçon retenue, nous avons rebondi, nous sommes refaits une santé  et lançons de nouveaux modèles qui se révèlerons encore plus audacieux. Nous continuons de plus belle notre action pour la musique libre, car bien heureusement, elle reste foisonnante et passionnante. Mais nous refuserons désormais d’être dépendants des aléas et des humeurs de toute structure, qu’elle soit associative ou en société. Nos projets aujourd’hui se tournent vers des archives partagées entre professionnels institutionnels pour garantir sa pérennité et son développement.


Un commentaire pour “ Pragmazic et Dogmazic, le divorce ”

  1. pierre dit :

    Eh bien quelle affaire, et quel dommage aussi. Cependant je suis très content de voir que Pragmazic s’en sort finalement et je souhaite à l’équipe tout le succès qu’elle mérite. Pour avoir été proche à un certain moment, je sais la dévotion et le travail acharné dont ses membres ont fait preuve.
    Je souhaite la pérennité ainsi que le succès de doob auprès des acteurs du monde des licences libres, mais aussi auprès du public.
    Pierre

doob